La lune et les marées

La lune et les marées

Aux rochers Hopewell Rocks, le niveau de la mer s’élève, en moyenne, de 10 à 14 mètres (32 à 46 pieds). La plus forte marée a été observée dans la partie la plus en amont de la baie (près de Burnt Coat Head en Nouvelle-Écosse), où les marées peuvent atteindre une amplititude de plus de 16 mètres (50 pieds) lors de conditions extrêmes. Il s’agit là de la hauteur moyenne d’un immeuble de quatre étages.

À titre de comparaison, ailleurs sur la planète, l’amplitude moyenne des marées est d’un mètre (3 pieds) ou moins.

Les visiteurs du parc des rochers Hopewell Rocks peuvent littéralement voir monter la marée dans la baie de Fundy à une vitesse allant de 1,5 à 2 mètres (4 à 6 pieds) à l’heure, alors que 100 milliards de tonnes d’eau déferlent dans la baie deux fois par jour.

Ces marées hautes résultent de la combinaison de la force gravitationnelle de la lune et des dimensions particulières de la baie de Fundy. Ensemble, ces facteurs influencent les formidables marées de la baie de Fundy, créant ainsi les marées les plus hautes au monde.

Effet des forces gravitationnelles sur les marées

Le soleil et la lune

Les marées sont gouvernées par les attractions gravitationnelles combinées du soleil et de la lune. Parce qu’il est un astre plus gros, le soleil exerce une force gravitationnelle 180 fois plus forte que celle de la lune. L’effet de la force exercée par la lune, en revanche, est deux fois plus grand, car ce corps céleste est beaucoup plus proche de la terre.

L’influence de la lune sur les océans de la planète est plus forte sur le côté de la terre qui est le plus près de la lune. À mesure que la lune tourne autour de la terre, elle attire l’eau vers elle, créant ainsi une marée haute. La force gravitationnelle attire l’eau vers la lune, mais l’inertie de l’eau tend à la maintenir en place. Toutefois, la force gravitationnelle est plus puissante et l’eau se rapproche de la lune, ce qui entraîne la création d’un « renflement » d’eau sur le côté de la terre faisant face à la lune.

Sur la face opposée de la terre, c’est-à-dire celle qui est la plus éloignée de la lune, l’attraction gravitationnelle est plus faible, cependant, l’inertie de l’eau l’éloigne de la terre, ce qui forme également un renflement. Imaginez deux enfants qui se tiennent par la main et pivotent sur eux-mêmes. À mesure qu’ils tournent, ils sont tous deux entraînés vers l’extérieur du cercle.

Deux renflements dus à la marée sont le résultat de cette lutte entre l’inertie et la force gravitationnelle – un plus important du côté de la terre qui est le plus près de la lune, et un autre de plus faible amplitude sur le côté de la terre le plus éloignée de la lune.

Les positions du soleil et de la lune ont également un effet sur l’amplitude de l’onde de marée. Lors des phases de nouvelle ou de pleine lune, le soleil et la lune sont alignés, et exercent une attraction sur la surface de la terre. Ceci crée une marée plus forte – on parle alors de «marée de vives-eaux ».

Lors des phases lunaires du premier et du dernier quartier, lorsque le soleil et la lune sont à angle droit par rapport à la terre, on observe une marée haute de plus faible amplitude. On parle alors de «marée de mortes-eaux ».

Périgée et apogée

Un autre facteur influençant la hauteur des marées est le trajet elliptique de la lune lors de son orbite autour de la terre. Lorsqu’elle est plus près de la terre, il est question de la lune en périgée. Lorsque la lune est à son point le plus éloigné, on la dit en apogée. Lorsque la lune est en apogée, les marées hautes ne sont pas aussi importantes.

La lune apparaît plus grande et plus brillante en périgée qu’en apogée, car elle est, de fait, bien plus près de la terre. Lors de cette phase lunaire en périgée, l’attraction gravitationnelle peut être de 30 à 48 % plus forte. Les marées durant cette période présentent une amplitude plus grande entre leurs niveaux maximum et minimum.